Viale dei Canti (c) Giuseppe Caccavale Studio
29 03 2016

Viale dei Canti : une œuvre d’art multimodale à l’Hôtel de Galliffet

Le 26 mai prochain, à partir de 18h, l’Institut culturel Italien de Paris présentera « Viale dei Canti », une œuvre multimodale innovante qui sera créée sur le mur extérieur de l’Hôtel Galliffet, hôtel particulier parisien situé dans le VIIe  arrondissement et siège de l’Institut depuis 1962. Les vers des poèmes italiens des XIXe  et XXe  siècles seront le point de départ d’un grand chantier visuel et sonore, long de 50 mètres, intégrant l’art mural aux nouveaux horizons technologiques de la musique électroacoustique et du Design Graphic. Le public pourra ainsi se promener vers une expérience multi-sensorielle à la découverte d’une nouvelle dimension artistique qui lui offrira un regard innovant sur l’Italie et sa culture. Né d’une idée de la directrice  de l’Institut, Marina Valensise, le projet sera signé par Giuseppe Caccavale, l’artiste qui a représenté l’Italie à la 56e  Biennale d’art de Venise, et par le compositeur Stefano Gervasoni, mis à l’honneur lors du Festival Présence de  Radio France, dédié cette année à l’Italie. À l’occasion de son inauguration, La Fabbrica Illuminata de Luigi Nono et, en création mondiale, Fu verso o fu inverno, le nouveau cycle vocal de Stefano Gervasoni d’après les poèmes de Lorenzo Calogero, seront au programme du concert de 20h.

Viale dei Canti : une œuvre d’art multimodale à l’Hôtel de Galliffet
A 3625
11 01 2016

Luca Campigotto : Les règles de la vision

Luca Campigotto (né à Venise en 1962), l’un des photographes les plus intéressants de sa génération, expose pour la première fois à Paris à l’Institut culturel italien. Il présente vingt-six photographies en grand format, dont dix de l’architecture impériale romaine et seize des lieux de la Grande Guerre. Le directeur artistique du Mois de la Photo du Grand Paris 2017 François Hébel décrit son travail comme « une approche féline, une vision sélective, agréable et brutale, calme et sourdement bruyante », tandis que l’historien de la photographie Walter Guadagnini souligne « l’inclinaison romantique d’un voyage plein de nostalgie ». Mais c’est le photographe lui-même, dans le catalogue rassemblant cinquante-six photographies réalisées ces vingt dernières années en Italie, qui nous restitue les règles de sa vision nocturne des villes anciennes comme Venise ou industrielles comme Gênes et des paysages sauvages.
Exposition du 5 janvier au 26 février 2015. Du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 15h à 18h.

Luca Campigotto : Les règles de la vision
Beyrouth 1991 © Gabriele Basilico Studio Gabriele Basilico 2
27 03 2015

Gabriele Basilico et l’histoire

À l’occasion de l’exposition
« Gabriele Basilico, Beyrouth 1991 »
au Logis Abbatial de l’Abbaye de Jumièges
du 14 mars au 25 mai 2015

Gabriele Basilico et l’histoire
martinadellavalle4
31 10 2014

Martina della Valle : Segni effimeri, stratificati e sensibili

L’Institut Culturel Italien poursuit cette année sa collaboration avec le Mois de la Photo organisé par la MEP. Martina Della Valle a été sélectionnée par Laura Serani et Giovanna Calvenzi, déléguées artistiques du MdP 2014. L’exposition qu’elle présente illustre un nouveau chapitre de son projet, Framed memories, spécialement conçu pour l’Hôtel de Galliffet. Ciels, lieux et histoires collectés à Paris deviennent l’objet d’une réflexion poétique et d’une nouvelle installation, où l’alchimie des images brouille les frontières entre les stratifications du réel et les suggestions du subconscient.

Martina della Valle :  Segni effimeri,  stratificati e sensibili
logo_moisdelaphoto2014
25 06 2014

Mois de la Photo 2014 / Martina della Valle

Martina Della Valle,
Segni effimeri, stratificati, sensibili
Exposition dans le cadre du Mois de la Photo à Paris 2014

Mois de la Photo 2014 / Martina della Valle