mano che scrive
19 02 2013

I Magnifici Dodici

I Magnifici Dodici – carte blanche aux protagonistes de la créativité italienne.
Une fois par mois, l’Institut Culturel Italien confie l’Hôtel de Galliffet à une personnalité italienne de la culture, de la science ou de l’industrie pour qu’elle nous fasse partager sa vision de l’Italie, son univers créatif, ses vues sur l’avenir.

I Magnifici Dodici
dallorto
19 02 2013

I Magnifici Dodici / Antonio Campo Dall’Orto

Lundi 21 Janvier 2013

Antonio Campo Dall’Orto n’est pas très connu du grand public, mais il est considéré actuellement comme l’un des plus grands experts du marché audiovisuel et des nouveaux médias. En 1997, il prend la direction de MTV Italia qui vient tout juste d’être créée et qui s’impose rapidement dans le paysage audiovisuel italien comme la chaîne phare de la jeunesse. Dans les années qui suivent il devient l’Administrateur délégué de MTV Networks South Europe. En 2003, il est nommé directeur de La7 et en 2007 il devient l’Administrateur délégué de Telecom Italia Media, troisième pôle audiovisuel italien qu’il quittera l’année suivante pour entreprendre une carrière internationale avec MTV. Depuis 2008, il est Vice Président de MTV Networks International et s’occupe de la définition des stratégies éditoriales et créatives au niveau mondial.

I Magnifici Dodici / Antonio Campo Dall’Orto
cesare_deve_morire
19 02 2013

I Magnifici Dodici / Les frères Paolo et Vittorio Taviani

« C’est à la manière de poètes et non de philosophes, que les frères Taviani abordent les problèmes sociaux et politiques de leur temps, les transposant à travers le prisme de l’allégorie dans les temps futurs et passés. L’utopie est à la fois le ferment de leur oeuvre, leur mode de narration et le rapport fondamental que leur cinéma entretient avec le monde réel. »
[Gérard Legrand, Paolo et Vittorio Taviani, Cahiers du Cinéma, 1990]
A l’Institut Culturel Italien la projection de César doit mourir [Cesare deve morire – 2012 – 76’ vostf], Ours d’or au dernier Festival de Berlin.
La société italienne passe une nouvelle fois sous le scalpel des frères Taviani. Un film qui raconte la vie de détenus romains montant la pièce Jules César de William Shakespeare.

I Magnifici Dodici / Les frères Paolo et Vittorio Taviani
capria_n
18 02 2013

I Magnifici Dodici / Raffaele La Capria

Lundi 12 Novembre 2012

La Capria est l’auteur d’une œuvre unique, mêlant savamment l’essai et le roman, pour construire l’anatomie émotionnelle d’une ville, Naples, qui est aussi la métaphore de la vie comme « harmonie perdue ». Sa carrière de romancier a commencé dès 1952 avec Un jour d’impatience, suivi en 1961 par Blessé à mort qui remporte le prix Strega. En septembre 2001, le prix Campiello viendra couronner l’ensemble de son œuvre, suivi en 2002 par le prix Chiara pour l’ensemble de sa carrière et en 2005 par le prix Viareggio pour son roman L’Estro quotidiano. En 2003, Mondadori publie l’ensemble de son œuvre dans la célèbre collection I Meridiani.

I Magnifici Dodici / Raffaele La Capria
paolini sans droits
18 02 2013

I Magnifici Dodici / Marco Paolini, le conteur

Mardi 18 Décembre 2012
Marco Paolini, le conteur

« J’ai construit ma vie d’acteur de théâtre de la même manière que je construis mes histoires.
Je n’ai pas laissé un rôle important au destin. Je pense que j’ai toujours eu peu de considération pour mes opinions, je ne me suis jamais senti comme étant un intellectuel d’avant-garde, j’aime être au milieu, pas devant. Donc au lieu de faire des monologues pour exprimer des idées et des opinions, j’ai raconté des histoires ; ainsi j’ai parfois utilisé des techniques journalistiques d’envoyé spécial, je me suis déplacé sur des lieux et suis allé voir des gens. Ensuite, j’ai construit un métier basé sur l’oralité : je n’écris pas d’articles, ni textes, ni livres, je préfère chanter, raconter des histoires d’Italie ou de certains italiens. » Voici le témoignage de Marco Paolini, l’auteur le plus époustouflant du « teatro civile » en Italie. Mis en place dans des mines désaffectées, dans des vieux hôpitaux psychiatriques, ou simplement dans la rue, ses spectacles provoquent depuis des années l’émotion du public. Soit ils deviennent le lieu d’une interrogation sans complaisance sur le génocide nazi, soit ils offrent une réflexion sophistiquée sur l’histoire du savoir et de la révolution de Galilée à la Renaissance.
Invité d’honneur dans le cadre des « Magnifici Dodici », Paolini nous délivre le secret de son art de raconter par le théâtre l’histoire d’une communauté et de ses drames.

I Magnifici Dodici / Marco Paolini, le conteur