DSC_0043
19 02 2013

L’Italie et moi / Gonzague Saint Bris

Mercredi 6 Février 2013

Né en Touraine, Gonzague Saint Bris a été élevé dans le seul château italien de la Vallée de la Loire : le Clos Lucé d’Amboise, demeure française de Léonard de Vinci. Le maître toscan y fut l’invité de François Ier, roi de France, y vécut les trois dernières années de sa vie, y acheva ses trois tableaux les plus célèbres et y rendit l’esprit. Cette enfance et cette adolescence dans la demeure du génie a orienté vers l’Italie de la Renaissance le jeune Gonzague, dont le prénom est celui des ducs de Mantoue. A 22 ans, journaliste au Figaro, il est nommé par Gaston Palewski Président des jeunes du Comité Français de la Sauvegarde de Venise. Il devient comme beaucoup d’écrivains un familier de la Sérénissime et trempe sa plume dans l’encre du Grand Canal pour écrire « Les Romans de Venise » publié par les éditions du Rocher. Le deuxième amour de Gonzague Saint Bris pour l’Italie se déclenche sur le Lac de Côme où il s’est retiré à la villa Sucotina chez Giuseppe Jermi pour écrire son premier roman «Athanase ou la manière bleue ». Le lac, ses égéries littéraires, ses cantatrices célèbres et l’amour romantique du Prince de Belgiojoso et de la Duchesse de Plaisance à la villa Pliniana prennent une grande place dans son inspiration. Il aura plaisir aussi à refaire le voyage à travers les Alpes que fit Léonard de Vinci quand, invité par un roi de vingt ans qui venait de gagner la bataille de Marignan, il décida de rejoindre la cité royale d’Amboise en Touraine. A ce penchant pour l’Italie, Gonzague Saint Bris ajoute un goût affamé de Stendhal qui ne peut que le rendre encore plus amoureux de la Péninsule.

L’Italie et moi / Gonzague Saint Bris
DSC_0022
19 02 2013

L’Italie et moi / Olivier Mellerio

Mercredi 9 Janvier 2013

 

 

 

_.._IICManager_Upload_IMG_Parigi_Bague-Eden-Rose-tourmaline-rose-Mellerio-Dits-Meller-660x456

L’Italie et moi / Olivier Mellerio
14_miracolibellotto
19 02 2013

L’Italie et moi

L’Italie et moi : tous les mois, une personnalité de la culture, de l’art, de l’industrie mais aussi du monde politique, viendra nous raconter son tropisme italien.

L’Italie et moi
DSC_0009
19 02 2013

L’Italie et moi / Dominique Fernandez

Mercredi 5 Décembre 2012


L’Italie – son iconographie, sa sensualité – s’inscrit au cœur de l’écriture de Dominique Fernandez de l’Académie française.
Interroger les sources esthétiques et littéraires de l’inspiration perpétuelle que notre Pays a exercée dans son œuvre nous permettra de redécouvrir, à la fois, la beauté du style de cet intellectuel-voyageur et l’envoûtante vitalité que notre Patrimoine ne cesse de dégager. Parmi les innombrables œuvres « italiennes » de Fernandez : Le roman italien et la crise de la conscience moderne (1958, Grasset ), Porporino ou les Mystères de Naples (prix Médicis 1974, Grasset), histoire d’un castrat dans l’Italie du XVIIIe siècle, Dans la main de l’ange (prix Goncourt 1982, Grasset), inspirée de la vie de Pier Paolo Pasolini, Le Voyage d’Italie (Dictionnaire amoureux) (Plon, 1997, photographies de Ferrante Ferranti), Dictionnaire amoureux de l’Italie (2008, Plon), Naples (2011, Actes Sud, avec les photographies de Ferrante Ferranti).

L’Italie et moi / Dominique Fernandez
DSC01451
19 02 2013

L’Italie et moi / L’Italie de Bozena Anna Kowalczyk

Mercredi 7 Novembre 2012

Avec Bozena Anna Kowalczyk,  personnalité érudite d’origine polonaise, née à Varsovie et vénitienne passionnée qui a organisé l’exposition Canaletto et Guardi au Musée Jacquemart-André. Spécialiste de la peinture de paysage vénitien du XVIIIe, Bozena Anna Kowalczyk est diplômée de la Ca’Foscari (Venise) avec une thèse sur les dessins de Bernardo Bellotto. Elle a également supervisé une série d’expositions sur les maîtres de la peinture de paysage. Collaboratrice de l’historien d’art Alessandro Bettagno, elle a travaillé pendant plusieurs années à la Fondazione Cini de Venise et à l’Istituto nazionale di Archeologia e Storia dell’Arte de Rome.

L’Italie et moi / L’Italie de Bozena Anna Kowalczyk